AÏCHA NK: Jeune chanteuse Camerounaise

Helllllooo!!! Je vous ramène une autre étoile montante. Elle s’appelle Aïcha NK, elle est camerounaise, elle a 23ans et chante depuis qu’elle sait parler.

Aïcha NK

Aïcha NK entre pour la première fois dans le monde de la musique pendant qu’elle étudie le management et l’entrepreneuriat en 2019 avec le morceau « Comme je suis » qu’elle interprète avec Le Bafy après quoi elle a multiplié les featuring ;

En fait, elle se considère comme une chanteuse en herbe mais vous ne penserez pas pareil une fois que vous aurez écouté son premier single « Je m’en veux » : c’est un Zouk chargé en émotions et en histoire. En fait elle écrit les paroles de cette musique pendant qu’elle est encore en classe de form 2(cinquième) et à cette époque-là, ce ne sont pour elle que des mots sur du papier. Des années après, lors d’une retraite religieuse, elle est appelée à improviser un morceau à chanter devant l’assemblée ; ce qu’elle décide de faire, c’est d’adapter les paroles de sa chanson d’enfant au contexte et à la mélodie. Sa petite musique connaît alors son tout premier succès parce que tout le monde a adoré. Quelques années après, elle décide de publier sa chanson ; elle se rend alors dans un studio accompagnée d’un ami qui n’est autre que le très talentueux chanteur camerounais Cysoul. Dans un premier temps, il a des doutes quant au fait de chanter des paroles écrites par une enfant en classe de cinquième. Ensemble ils écrivent de nouvelles paroles, tout en conservant les anciennes qui seront placées en arrière-plan de la musique.

Revenons à ses différents featuring : elle en a fait un avec Mr GLK intitulé « On va se marier« , un autre avec Cysoul et The value intitulé « C’est ton année« . Elle a également fait de nombreux cover sur sa chaîne YouTube.

A quoi se résume la vie d’artiste, ta vie d’artiste ?  « Je mène une vie tout à fait normale, je suis régulièrement soumise au stress comme tout travailleur : stress lié à mon rythme de vie vu que je suis amenée à me déplacer constamment pour des prestations, stress lié à style vestimentaire parce que les fans, les abonnés et les followers mettent la barre relativement haute pour les personnes avec des images publiques, bref ils s’attendent à ce que tu sois constamment « à la mode » ; stress lié au style de vie c’est-à-dire sport et habitudes alimentaires sous contrôle, mais moi j’ai arrêté d’être soumise à ce stress là. Il m’arrive souvent de me rendre dans un lieu en pensant que personne ne pourrait me reconnaître, mais non ; on comprend très vite qu’en étant artiste il est de moins en moins facile de passer inaperçu »

Et le stress de la scène, ça ne compte pas ? « Si beaucoup, il est vraiment très difficile de se mettre devant une foule pour s’exprimer et ça l’est encore plus pour moi qui suis de nature timide ; heureusement quand il s’agit de partager ma passion qu’est la musique, j’arrive à trouver de la force pour. »

Est-ce que le fait d’être chanteuse a influencé ta vie d’un point relationnel ? « Mes amitiés n’ont pas été affectées, j’ai gardé mes amis ; mes amours par contre… Mon petit copain par exemple a encore des difficultés avec le fait que je sois appelée à voyager très régulièrement, il a un peu de peine à l’accepter »

Allons sur le plan économique… Je me demande et certainement beaucoup de personnes aussi comment un artiste fait pour arrondir ses fins de mois. C’est tout de même curieux puisqu’il n’est pas payé mensuellement. « En fait, je vis de mes différentes prestations. Je parle des concerts: les concerts privés, c’est-à-dire ceux que je donne lors des événements privés et les concerts publiques qui rémunèrent un peu moins que les privés. »

Parle-nous un peu des concerts auxquels tu as participé à ce jour ! « J’ai participé au Douala Music’Art Festival, au Discovery show, au Concert d’Eto’o présenté par BETOO, au concert 100% live de Cysoul à l’institut français, au 15 minutes chrono présenté par ICON Prod et enfin au Stanley Enow Show au Canal Olympia. »

Le fait d’être une femme a-t-il été un frein ou plutôt un coup de pouce dans ton évolution ? « Le fait d’être une femme n’a pas vraiment changé grand chose, en tout cas je ne l’ai pas ressenti. Je pense que l’art ne distingue pas le genre. »

N’y a–t-il pas des conceptions que l’on fait par exemple sur la classification des styles musicaux en fonction du genre ? « Oui, ça existe. On a tendance à penser au Rap comme un style principalement masculin parce qu’il fait appel à une certaine virilité et à penser au zouk comme principalement féminin parce qu’il requiert une certaine sensualité ; heureusement beaucoup de chanteurs nous démontrent chaque jour que ces préconçus ne sont pas toujours vérifiés. »

Merci de m’avoir accordé cette rencontre. « Merci à toi »

Chers lecteurs, je vous invite massivement à aller goûter aux délices d’Aïcha NK en vous servant des liens que j’ai laissé tout le long de l’article.

Interviewée le 27/06/20.

Un commentaire sur “AÏCHA NK: Jeune chanteuse Camerounaise

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.